Publié le

Tiger Woods manque à peine la victoire sur le circuit australien de la PGA

La saison 2011 du PGA Tour est terminée depuis près d’un mois, mais de nombreux golfs professionnels de classe mondiale se sont déroulés sur des terres étrangères au cours des semaines qui ont suivi. Le week-end dernier a vu le point culminant d’une poignée de tournois prestigieux, mais deux événements se sont hissés au sommet.

Grâce à une abondance de soleil qui réchauffe le continent jusque dans ce qui est considéré comme l’hiver en Amérique du Nord, l’Australian PGA Tour se déroule toujours dans un magnifique pays loin au sud de l’équateur. L’Australian Masters s’est déroulé à Sydney au cours des quatre derniers jours et la compétition a été féroce. Le peloton était composé à plus de 50% d’Australiens natifs, mais une énorme portion des meilleurs joueurs américains était sur place pour tenter de se disputer le trophée et un autre gros salaire.

L’un des noms les plus notables dans le domaine était Tiger Woods, qui a réduit son jeu avec l’intention de gagner et de briser une séquence sèche qui approche rapidement de deux ans. Quiconque a frappé une balle de golf sur un fairway au cours de la dernière décennie connaît les transgressions de Woods, qui l’ont finalement conduit à participer à des tournois comme celui-ci dans le but de remettre son jeu sur les rails.

À travers 63 trous, les chances de l’ancien numéro 1 mondial de longue date semblaient bonnes. Woods se tenait sur le 10e tee dimanche à seulement deux coups du leader, mais les conditions venteuses sur le neuf de retour ont conduit à quelques coups de départ qui ont navigué dans des conditions difficiles, créant des occasions manquées de saisir des coups précieux. Au final, Woods a terminé 3e derrière le deuxième John Senden et le vainqueur Greg Chalmers. Il a été honnête et direct à propos de son jeu dans une interview après la ronde. “J’aurais été là”, a déclaré Woods à propos de ses chances de victoire, citant deux mauvais trous lors de la ronde finale et un putt médiocre samedi. “Mais je me sentais bien. C’est bien d’être enfin en bonne santé.”

Chalmers a pris le contrôle du tournoi sur les derniers trous avec un oiselet au 15 et un arrêt par sable sur le dernier trou du tournoi. Le haras de la PGA, Geoff Ogilvy, était présent pour défendre son titre des Masters australiens 2010, mais n’a pas pu se classer parmi les trois premiers, terminant à égalité à cinq pour la quatrième place avec d’autres champions du PGA Tour tels qu’Adam Scott et Nick Watney.

L’Asie a également été l’hôte d’une action de golf stellaire alors que la dernière manche de l’Open de Singapour s’est déroulée dimanche après-midi. Lorsque la poussière est retombée et que les nuages se sont dissipés, l’Espagnol Gonzalo Fernandez-Castano est reparti avec un nouveau trophée brillant et un chèque d’un million de dollars. Le tournoi a été ébranlé par des conditions humides, qui ont forcé de nombreux arrêts de jeu, l’élimination du quatrième tour et ont conduit à une mort subite des éliminatoires qui était tout sauf soudaine.

Néanmoins, le plateau talentueux s’est adapté au mauvais temps et un groupe a commencé à se former en tête du classement lors de la dernière journée du tournoi. Après 54 trous, Fernandez-Castano était à égalité avec Juvic Pagunsan, et les deux se sont dirigés vers une éliminatoire pour déterminer un vainqueur. Ils ne savaient pas que cela durerait deux jours, et Fernandez-Castano a terminé Pagunsan tôt lundi matin lors d’une pause dans les précipitations.